Esope Blog

On connaît un homme à travers ses ennemis. Star Wars

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les progrès de la navigation au XVème-XVIème siècles ou la science au service du colonialisme

A la fin du Moyen-Age, l'Europe commence à manquer de ressources. Les pays côtiers vont se lancer dans une course à la conquête des terres nouvelles, dans l'espoir de découvrir des richesses qui feront d'eux le plus puissant Etat d'Europe. Le premier impératif, dont il sera question dans ce billet, est le développement des techniques de navigation.

Trois progrès vont servir le/au colonialisme.

  • Une évolution du bateau, la caravelle
  • Une amélioration du système de situation géographique, la boussole et l'astrolabe
  • Un développement de la cartographie, les portulans


Tout d'abord la caravelle. Il s'agit d'une invention difficile à définir, ceci n'ayant quasi jamais été fait avec précision par les contemporains. "Certains historiens prétendent que le mot n'a jamais désigné un type particulier de navire et qu'il s'appliquait de manière générique aux bâtiments de petites dimensions.", explique Étienne Taillemite [1]. On peut toutefois remarquer, notamment dans le carnet de voyage de Christophe Colomb, quelques particuliarités généralement admises comme caractérisant la caravelle :

  • le bateau est relativement petit et fin
  • il dispose de voiles latines, c'est-à-dire triangulaires
  • il n'a pas de château, c'est-à-dire une espèce de bâtiment construit sur le pont (dans les films, c'est souvent là que se situe la cabine du capitaine - je ne sais pas si historiquement c'est le cas aussi)
  • la caravelle était très maniable (elle utilisait un gouvernail d'étambot), elle louvoyait bien (elle pouvait plus ou moins facilement avancer avec un vent défavorable), dérivait moins que la nef, virait aisément, avançait rapidement (environ 10 km/h)...

Ceci explique le succès rencontré par ce bâtiment. C'est en effet la caravelle qui sera utilisée pour les Grandes Découvertes. Bartholomeo Diaz découvrit le cap des Tempêtes (renommé cap de Bonne-Espérance par le roi du Portugal Jean II, j'expliquerai cela plus en détail dans un autre billet) avec deux caravelles. Christophe Colomb partit aussi avec deux caravelles, la Niña et la Pintá (le troisième bâtiment, la Santa Maria, que l'on croit souvent être aussi une caravelle, est en réalité appelé simplement "nef" par Christophe Colomb, dans son carnet de voyage, alors qu'ils désignent les deux autres comme "caravelles" - c'est ainsi que l'on peut déduire quelques caractéristiques de la caravelle).

Le galion est le successeur de la caravelle, et la dépasse en capacité. Il est le bâtiment idéal pour les guerres (l'Invincible Armada en utilisera), et règnera sur les mers jusqu'à l'apparition de bateau à vapeur.


Dans les grandes étendues maritimes, il est important de savoir où l'on se dirige. Pour cela, deux instruments furent fortement utilisés. Tout d'abord la boussole, attribuée aux Chinois, permet de se situer par rapport au nord, autrement dit de déterminer la direction que l'on prend. A la boussole était associé l'astrolabe, attribué à Hipparque, puis nettement amélioré par les Arabes. L'astrolabe permettait de déterminer la lattitude du lieu où se trouve l'observateur (le sextant ne viendra que plus tard, vers 1730, et remplacera l'astrolabe). Le manque de précision dans le calcul du temps ne permit pas une mesure satisfaisante de la longitude (en haute mer).

Ainsi équipés, les navigateurs pouvaient déterminer avec une relative précision la position des terres découvertes (on peut déduire la longitude en fonction du temps mis pour parcourir une certaine distance, mais les aléas de la mer faussent cette mesure en rendant la vitesse des bateaux variables et la distance parcourue non rectiligne). Ceci permit d'établir des cartes plus précises.


Justement, parlons-en des cartes. Les portulans, cartes sur lesquelles les noms des ports et points remarquables sont indiqués perpendiculairement à la côte, ne sont pas à proprement parler une innovation technologique, mais ont l'avantage de se généraliser grâce aux Portugais et particulièrement à l'Allemand Martin Behaim, qui est à leur service. Gerhard Kremer, plus connu sous le nom de Mercator, va quant à lui créer un atlas (le sens de "recueil de cartes" de ce mot vient de lui) où il utilisera un système de projection permettant de représenter la sphéricité de la Terre. Il mourut le 2 décembre 1594, laissant son ouvrage inachevé, mais son fils le terminera et le publiera en 1595. L'atlas contient alors 105 cartes.


Grâce à ces trois domaines enfin développés, les Grandes Découvertes peuvent proliférer ; la peur de la mer, bien qu'encore fortement présente, diminue face aux progrès de la science. Ceci va aboutir à la découverte du monde (par les Européens), à la conquête de contrées riches en ressources naturelles, mais aussi et surtout à l'esclavage des populations autochtones, à l'européanisation des régions découvertes, à la croyance que le monde appartient aux Européens (le stupide méridien de Tordesillas entre autres), et cætera. Mais ceci est une autre histoire, ou plutôt un autre billet qui devrait arriver bientôt...


[1] : Étienne Taillemite, in L'Histoire n°146, page 38

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Pages annexes :

Pour bientôt...
Toute création est, à l'origine, la lutte d'une forme en puissance contre une forme inusitée1

Combien d'idées n'ont-elles pas été perdues faute de les avoir écrites ? C'est dans cet état d'esprit que j'ai ouvert ce blog.

Vous trouverez quatre types de billets sur ce blog :

  • des cours formés par synthèse de différents documents (livres, revues, articles de Wikipédia, ...);
  • des résumés et/ou critiques de livres;
  • des écrits "inédits" (réflexions personnelles)
  • des billets tout à fait inintéressants sur ma vie.

Sur ce, bonne lecture.

1 : André Malraux, in "Les Voix du silence"


Calendrier

janvier 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31

Top chrono

  • Pingouin depuis 3408 jours
  • XSL est une recommandation du W3C depuis 4735 jours

Catégories


Fatal error: Call to a member function on a non-object in /mnt/104/sda/3/f/esope.blog/ecrire/tools/multicat/functions.php on line 430